III - LE XIIIe SIÈCLE, L’ÂGE D’OR DES LUSIGNAN EN POITOU

 

Par le mariage en 1220 d’Hugues X et d’Isabelle Taillefer, ex-reine d’Angleterre et comtesse d’Angoulême, les Lusignan mirent enfin la main sur le comté d’Angoulême qui avait échappé à Hugues IX, ajoutant ainsi un autre titre prestigieux à celui de comte de la Marche. Les possessions des seigneurs de Lusignan attinrent alors leur plus grande extension, à tel point que leur position dans le royaume de France leur permit d’envisager des mariages prestigieux avec des membres de la famille capétienne- une sœur et un frère du roi de France Louis IX- comme avec de grands vassaux (ex. du comte de Toulouse Raymond VII).

 

 

HenryIII Aquitaine

Au travers d’Isabelle d’Angoulême et des enfants qu’elle a eus de son premier mariage avec Jean Sans Terre, des liens très forts existèrent aussi avec les Plantagenêts.

 

Il semble qu’Isabelle et Hugues ont alors souhaité constituer entre Loire et Garonne une vaste principauté indépendante des deux couronnes. Ils prirent au début des années 1240 la tête d’une coalition dans laquelle on retrouvait, entre autres, le roi d’Angleterre et le comte de Toulouse, ainsi que de nombreux seigneurs poitevins. Le comte de Poitiers Alfonse était leur ennemi désigné et, à travers lui, le roi de France.

 

 

Ce fut un échec : en 1242, Hugues X, Isabelle et leurs enfants vinrent se soumettre à genoux devant Louis IX.

 

Plusieurs de leurs principales forteresses furent alors placées par le roi de France sous la garde des troupes royales ou comtales, et les conquêtes réalisées furent confisquées. Les Lusignan perdirent ainsi près d’un tiers de leur domaine et les rentes qu’ils recevaient du roi furent annulées.